Blog

Un nouveau circuit testé en 2017 : la côte de Granit Rose

Un nouveau circuit : 7 jours à cheval depuis Saint Hernin jusqu'à Plougrescant ... quelques 200 km à franchir les contre forts des Monts d'Arrée pour piquer plein nord vers la Manche.

Au débouché du Douron à Locquirec commencent les aventures maritimes : grèves, roches roses de Ploumanac'h, port de Perros Guirrec pour changer d'ambiance vers la Côte des Ajoncs et terminer en beauté au gouffre du Diable à Plougrescant sans avoir manqué d'aller brûler un cierge à Saint Gonery ... chapelle au clocher penché.

Une aventure dépaysante où les paysages ne sont guère monotones tant la côté française est variée.

De l'avis de nos cavaliers testeurs : circuit à conserver ! D'autant que les hébergements sont soignés : depuis les chambres d'hôtes familiales du Puits de Jeanne - que nous saluons au passage - aux chambres avec vue sur mer de la plage de Port Blanc.

Amis cavaliers rendez vous en 2018 !

Compte tenu des impératifs de marées et des accès aux grèves, ce circuit n'est proposé qu'une fois dans l'année : du samedi 25 août au dimanche 2 septembre 2018
 

Road trip dans les Monts d'Arrée, suite : Du Canal de Nantes à Brest à Astérix

Et nous voici donc repartis sur les chemins bretons avec 6 cavaliers dont Hélène et Romain, deux cavaliers que nous prenons plaisir à retrouver au fil de nos aventures. Après le repos hivernal, les chevaux ont hâte de retrouver les pistes et cette première étape de quelques 42 km est bien propice au défoulement lors de longs galops. 

Bilan une première étape en 5h30 montre en main ... nous n'avons pas chaumé et la douche finale est accueillie avec plaisir.

 

La ferme équestre dispose de 16 randonneurs qui chaque année parcourent chacun environ 3000km. Comment me direz vous préparons nous les chevaux l'hiver ? En premier lieu, même si la trève hivernale les tient éloignés des sentiers de randonnée nos chevaux vivent au pré à l'année ... et ne ne sont donc pas "rangés" au box pour l'hiver. Vivant en troupeau, les échanges entre congénères, les va et vient entre foin et eau (en bas d'une pâture en forte pente) en rivière sont autant d'occasion de conserver une activité naturelle. Un cheval au pré effectue environ 15 km par jour ... Soit beaucoup plus que son bipède de cavalier, sédentaire à son bureau ... Ensuite, viennent les temps d'interaction avec l'homme : après le travail, qui n'aime pas que quelqu'un se soucie de son état ? Et bien le cheval apprécie tout autant ces marques d'attention. L'hiver, leur dos reste libre de présence humaine et les sorties des pâtures sont l'occasion de séances de pansage, de sorties en longe en promenade "recherche d'herbe" ... pour le plaisir. Ces séances de marche au pas sont également très intéressante pour deux raisons : elles permettent un travail au sol d'éducation notamment sur le respect des distances et la mise en place d'une interaction fine cavalier-cheval et elles visent à façonner la musculature en épargnant les membres et les articulations.

De janvier à mars nous mettons également en place des stages d'initiation à la randonnée équestre ou au TREC durant lesquels les chevaux sont sollicités de façon beaucoup moins intensive, soit 2 à 3 heures par jour sur une semaine de 5 jours. Là encore, durant ces semaines, le travail à pied est largement favorisé.

 

 

Bien, comme je vous le disais, premier jour des itinérances 2017, cette première étape nous mène de Saint Hernin à Scrignac.

Le cheval devient alors une machine à remonter le temps, entre histoire et légende. Et oui, bienvenue en Bretagne ! Petit saut en arrière de 2 siècles pour une flânerie sportive au fil du Canal de Nantes à Brest. Vous connaissez sans doute le Canal du Midi et bien la Bretagne a son Canal. Vieille idée qui remonte au XVIème siècle, il finira par voir le jour grâce à Napoléon. L'objectif de cette voie : désenclaver le Centre Bretagne surnommé "la Sibérie de la Bretagne" ... comme quoi les idées reçues sur la rudesse du climat breton remontent à la nuit des temps ou presque. Pour les randonneurs, cette voie est un vrai délice : pas de dénivellé, une source de fraicheur aux heures chaudes de l'été et de nombreux monuments qui jalonnent son passage.Canal de Nantes à Brest

 

Après avoir quitté le Canal et ses maisons éclusières, direction le Nord, par l'ancienne voie romaine. Et oui, nouveau saut en arrière grâce à notre machine à remonter le temps et à l'accélération des foulées. Nous voici conviés par les Osismes ... Heu çà y'est le chef est tombé dans le chouchen. Petit retour sur l'histoire de la Gaule et des celtes. 

Villagex

D'abord les Osismes ? Qu'est ce donc ? Peu connus du grand public, ils forment une entité celte qui peupla l'ouest de l'Armorique sur une zone qui correspond actuellement au Finistère et à la partie occidentale des Côtes d'Armor. Cités dès le Vème siècle avant Jésus Christ, on les connait surtout grâce aux traces qu'ils ont laissées notamment à Carhaix dont ils avaient fait leur capitale. L'ouverture prochaine d'un centre archéologique à Carhaix devrait permettre de les connaitre un peu mieux.

Cette carte vous est familière ?

Uderzo a juste oublié de mentionner à l'ouest d'Aquarium Corophesium qui deviendra plus tard Carhaix. Peut être faut il voir un parti pris anti romain très chauvin puisque ce nom dérive de quadruvium ... si si souvenez-vous de vos cours de latin ... la via ou voie ... qui signifie "carrefour". Et Carhaix peut s'enorgueillir d'être un véritable noeur routier romain avec quelques 11 ou 12 voies autour de son centre.

De voie romaine, la voilà ensuite transformée en ligne ferrovière avant que les randonneurs ne renversent la vapeur pour y développer une voie de circulation douce, à pied, à cheval ou à vélo. La Vélodyssée permet ainsi la traversée de la Bretagne de nord en sud, de Morlaix/Roscoff à Concarneau.

Voie verte ne signifie pas monotonie loin de là ... Notre groupe a pu commencer son initiation aux légendes de la forêt de Huelgoat et aux secrets des cours d'eau argentifères de la région. Mais je ne vous dévoilerai pas si vite les mystères de notre deuxième journée.

A présent, il est temps de prendre un repos bien mérité dans le gîte flambant neuf de la Scrignac ... et quoi de mieux qu'une gare sur cette ancienne voie ? Peut être nos cavaliers ont ils entendu siffler le train ou les crisser les vieilles roues de son fantôme ... mais là c'est une autre histoire qui restera le secret de la rando.

A très vite pour la suite des aventures !

Les roulottes d'A l'Ouest devant le gîte d'étape de la gare

Road trip dans les Monts d'Arrée, chronique de la première itinérance de 2017

Avril 2017 … et c’est reparti pour les randonnées itinérantes à travers la Bretagne.

Nos quelques quinze chevaux de randonnée ont pu se reposer cet hiver tout en découvrant une nouvelle discipline : le TREC. Pour des chevaux habitués à randonner un peu n’importe où comme au-dessus du pont de Terenez avec 40m de vide et l’Aulne sous leurs sabots, ou bien au milieu de la fête foraine de Morgat sur le port, au milieu d’un marathon de bipèdes férus de course à pied … le parcours en terrain varié c’est un peu un terrain de jeu !

Au sommet du Roc'h Trevezel

Road trip dans les Monts d’Arrée ou plutôt horse trip dans les Monts d’Arrée … une belle randonnée avec 6 cavaliers à la découverte de ce quoi étrange de Bretagne.

Les plus anciens d’entre nous ont pu apprendre à l’école que la Bretagne avait des montagnes … le fameux massif armoricain … si si … c’est même en marron sur la carte … il n’y a pas que du vert en Bretagne, même si l’on nous prête un climat pluvieux … La partie occidentale de ce massif est donc constitué d’un ensemble de montagnes anciennes : les Monts d’Arrée. Ne riez pas … leur sommet culmine à 385 m au Roc’h Ruz qui se bat avec son voisin le Roc’h Trevezel haut de 384,89 m. Vous allez vous dire sans doute, çà y’est le ciel est tombé sur la tête des bretons, que viennent ils nous inventer avec ces « montagnes » qui n’en sont pas !

Mais c’est là que cela devient très intéressant car se trouve l’explication de la tête dure des bretons ! Ces montagnes voici quelques 300 millions d’année, vous savez au tant de la Pangée, pour les plus érudits, sont nées d’un plissement qui les souleva de plusieurs milliers de mètres d’altitude. Différentes études parlent d’au moins 3000m et certaines estiment le plissement à 5000. Alors les jeunes Alpes n’ont qu’à bien se tenir avec leur petit Mont Blanc ! 

Après ce soulèvement spectaculaire l’érosion lente et continue rabote cette roche qui s’est à nouveau soulevée après justement les plissements pyrénéens et alpins par une réaction en chaîne. Les roches dures comme le grès résistent au climat et dessinent dans un ciel souvent gris acier des pointes acérées aux formes tourmentées.

Ecosystèmes variés, c’est à leur découverte que nous nous sommes attelés, entre cette nature rude et méconnue et l’adaptation permanente depuis la préhistoire des hommes qui les ont peuplés.

 

Retrouvez les 5 étapes de cette randonnée : 

  • 1er jour, sur les traces des voies de communication : nos premières foulées nous mènent au fil du Canal de Nantes à Brest vers le village de Scrignac, par la Vélodyssée. Un voyage ultra rapide dans le temps à la rencontre des gallo romains qui dessinèrent un vaste réseau de voies romaines en Centre Bretagne, et des forçats qui creusèrent sour Napoléon le Canal.
  • 2ème jour : une nature riche et complexe. Les Monts d'Arrée démarre en Huelgoat par un étrange amas rocheux, Le Chaos. Sujet de nombreuses légendes bretonnes il est constitué d'un ensemble de roches rondes et accueillantes sous lesquelles coulent une rivière argentifère. Arpès l'avoir traversée dans un gué plus accuellant nous débouchons sur le plus haut village de la Bretagne : la Feuillée. Après s'être reposés auprès de son ancien gibet ... ils sont fous ces bretons ... nous reprenons notre ascension vers le toit de la Bretagne : le Roc'h Trevezel.
  • 3ème jour : Sur le balcon de l'Occident, selon les mots du poète Anatole Le Braz. Une jolie balade sour les crêtes pour un vaste panorama sur le massif armoricain. Cette journée permet de prendre conscience de l'impact de l'homme dans la modification d'un paysage. Après avoir pique niqué au bord du lac du Drennec, vaste réserve d'eau douce creusée au début des années 1980, l'ascension du Menez Mikel nous fait découvrir une autre retenue d'eau artificielle, le Réservoir Saint Michel et sa vaste tourbière.
  • 4ème jour : Une chevauchée fantastique dans les vallées du Massif Armoricain. La vallée du Rivoal, la vallée du Fao, la vallée du Squirou. Là encore, l'eau marque les paysages et permet à l'homme de trouver les ressources nécessaires à sa survie au coeur d'une terre trop pauvre pour fournir du blé mais assez riche y laisser paître des animaux peu regardants.
  • 5ème jour : Une autre voie de communication : le réseau ferrovière du Centre Bretagne. Ce ne sera pas en train que nous retrouverons la ferme, mais en croisant les éléments architecturaux qui illustrent la présence du train en Bretagne : ancienne gare, ancienne voie ... sans oublier la fertilité de l'imagination bretonne, capable de transformer la moindre chose en rève eveillé.

Lire la suite

Pourquoi je ne voterai pas pour les nouveaux statuts de la FFE

Monsieur le Président,

 

je viens de prendre connaissance des propositions de modification des statuts que vous soumettez aujourd’hui à notre vote.

 

Je m’attarderai sur les CRE/CRTE puisque je suis membre du comité directeur du CRTE Bretagne. Les mêmes remarques sont valables pour les CDTE

J’ai vu avec plaisir que vous souhaitiez élargir le comité directeur du CRE à 2 représentants professionnels du tourisme équestre (accompagnateur, guide, maitre randonneur ou baliseur) dans la catégorie spécifique. Ainsi 5 représentants du tourisme équestre devraient être membres de droit du comité directeur des CRE.

Cette réorganisation si l’on compte 10 postes spécifiques sur l’ensemble du Comité directeur permet une meilleure représentation du tourisme équestre au sein des CRE.

 

 

Je suis par contre étonnée par un point crucial : la présidence du CRTE et la composition du Comité de direction.

Actuellement le Président doit être détenteur d’une licence fléchée « tourisme » au titre d’un groupement affilié ou agréé et est élu parmi les 7 membres élus par l’Assemblée Générale du CRTE.

Vous souhaitez modifier ce point en obligeant le Président à faire parti obligatoirement des 5 membres du Comité directeur du CRTE élus par le CRE et à disposer d’une licence dirigeant.

L’ajout de la mention « licence dirigeant » restreint de manière très importante le nombre de candidats potentiels avec comme risque d’être représenté par une personne ne pouvant y consacrer un temps important.

De la même manière, l’assemblée générale du CRTE ne pourrait plus pourvoir que 4 postes dont 2 professionnels du tourisme équestre et 2 organisateurs de manifestation de tourisme équestre ayant conduit l’organisation d’au moins 5 manifestations au cours des 3 années précédentes .

 

Or nous avons besoin de membres du Comité directeur des CRTE CDTE actifs :

  • auprès des institutionnels d’abord. Leur action militante est primordiale pour permettre l’utilisation des chemins, voies vertes, halage, au sein d’espaces naturels protégés, pour mettre à disposition des cavaliers randonneurs des sites remarquables sur des itinéraires sécurisés. De plus leur présence aux nombreuses réunions organisées par les collectivités territoriales (communes, intercommunalités, département, région) permettent de faire prendre conscience à des personnes éloignées du cheval, d’une part de l’attrait du tourisme équestre, et d’autre part de l’utilisation du cheval comme moyen de locomotion douce.
  • pour coordonner des actions de développement et d’entretien d’itinéraire, c’est à dire entretenir et développer les « infrastructures du tourisme équestre » : maintien des circuits inscrits au PDIPR, campagnes de nettoyage des chemins, campagnes de balisage, négociation de nouveaux circuits, relations avec les hébergeurs, mise en place de convention de passage (notamment avec les agriculteurs) …
  • pour organiser et animer des manifestations phares comme en Bretagne les fêtes de l’Equibreizh ou spécifiques à chaque département
  • faire la promotion du tourisme équestre sur des salons …

 

Tout ceci demande beaucoup de temps, de sans cesse mobiliser et développer son réseau. Pensez-vous qu’un dirigeant d’un groupement équestre puisse consacrer le temps nécessaire à l’ensemble de ces actions ? La réponse malheureusement est négative. Le risque est majeur de voir les « infrastructures » du tourisme équestre se dégrader, et les partenariats mis en place depuis de nombreuses années pour offrir plus de 2000km de circuits Equibreizh (hors circuits départementaux, hébergeurs …) s’étioler.

 

Toutes ces conditions :

  • licence dirigeant
  • organisation d’au moins 5 manifestations pour les organisateurs de manifestation de tourisme équestre
  • professionnels

sont autant de freins à la constitution d’une équipe disponible. A l’heure où la Fédération française d’Equitation semble vouloir dynamiser le tourisme équestre en favorisant la formation notamment d’ATE, ces nouveaux statuts sont incompréhensibles. A quoi bon former de futurs professionnels s’il n’existe plus d’infrastructure de tourisme équestre permettant la pratique en extérieur. 

 

Pour quelles raisons ne laissez vous pas des cavaliers licenciés « tourisme » sans mandat de dirigeant développer le tourisme équestre sur leur région ou département ?

 

L’exemple breton a démontré la vitalité d’une telle organisation. La fédération met en place un SIG, la région Bretagne a développé un outil cartographique disponible gratuitement sur le site de l’Equibreizh, recensant itinéraires, hébergements, maréchaux ferrants … reconnu par de nombreux acteurs et animé, remis à jour en temps réel.

La Fédération édite un outil pour expliquer la création d’itinéraires touristiques … la région Bretagne fête cette année les 20 ans de son circuit Equibrezih, présenté comme un modèle en France et en Europe.

La liste est longue … et toutes ses réalisations ont été le fruit d’une collaboration de cavaliers  d’extérieur bénévoles, non dirigeants pour la plupart, qu’ils l’ont été pour beaucoup à un certain moment, mais qui dégagés de leur mandat ont le temps de se consacrer à 200% pour faire vivre réellement le tourisme équestre. Ces bénévoles ont un point commun : ils utilisent les infrastructures qu’ils développent et animent.

 

Nous gérons, avec mon conjoint, un centre de tourisme équestre qui organise uniquement des randonnées en itinérance (pas moins de 17 en 2017) et des animations liées à la randonnée. Sans le travail acharné, professionnel des bénévoles du CRTE et des CDTE nous n’aurions pu développer notre activité. Par conséquent nous ne voterons pas le changement de statut, car nous souhaitons garantir pour les cavaliers d’extérieur la liberté d’entreprendre et de développer des infrastructures adaptées à leur pratique.

 

Je vous prie de croire en l’assurance de mes meilleures salutations.

 

 

 

 

L'Equibreizh fête ses 20 ans

L'Equibreizh ... quelle est encore cette invention bretonne ...

Et pourtant vous savez que vous êtes en Bretagne car vous croisez sur la route des panneaux marqués "Da bep lec'h" ("toutes directions", quoi ...) ou bien vous voullez aller à Vannes ... mais la ville n'existe pas ... vous trouvez juste Gwened ... Et le rapport entre les deux me direz vous?! Et oui bienvenue en Bretagne.

Alors pour le tourisme équestre il fallait bien faire oeuvre d'originalité et comme le breton aime les défis, il a eu une idée !? En regardant tomber la pluie et se désespérant de ne pouvoir aller à cheval sur les chemins côtiers trop ventés, il se tourne vers l'intérieur des terres bretonnes. Lui, il les connait ces paysages. Et il sait que la Bretagne n'est pas plate, n'est pas qu'une forêt .. même si Brocéliande est magnifique et encore habitée de nombreux sangliers, que même s'il y a parfois des korrigans, ceux ci peuvent être accueillants à l'occasion. En un mot, il décide de faire connaître les chemins bretons, d'abord aux "bretons qui sont juste attirés par la côte" et de permettre à des "estrangers" de découvrir la Bretagne autrement.

Premier problème à résoudre ... par où passer ? Comment mettre à plat tous ces chemins creux, servitudes entre deux familles qui ne sont pas cousins à la mode de Bretagne ... permettre à un cavalier de passer en selle avec son cheval autrement qu'en faisant un exercice de branches basses pendant 10 km. C'est à cette tâche immense que s'est attelé Alain HENRY et une bande de copains randonneurs dès 1996. Ils ont patiemment relevé les chemins et itinéraires adaptés à la pratique équestre et à l'attelage, conduit des négociations parfois épiques avec quelques propriétaires privés ou représentants de collectivités pour nous permettre en 2017 l'accès à des sites exceptionnels. Un premier topo guide a pu être réalisé pour faciliter les déplacements des cavaliers et à présents le CRTE Bretagne qui a repris toute l'animation de ces circuits propose une version numérique réactualisée dès que nécessaire.

Second problème et non des moindres ... Où s'arrêter ? Pas de panique, le breton aime les technologies de pointe, pour preuve son addiction à la fibre optique pour permettre au moindre de ses habitants cachés au fond d'une vallée inaccessible par la route d'être relié au monde via internet. Le CRTE vous propose aussi une liste d'hébergements équestres avec tous les renseignements utiles.

Et voilà l'Equibreizh c'est cela ! 20 ans d'un travail silencieux et un peu plus de 2000 km  d'itinéraires balisés permettant de circuler dans toute la Bretagne et des hébergements sur ou à proximité des sentiers. 

Equibreizh

 

La Fête de l'Equibreizh

 

Chaque année cavaliers et meneurs se retrouvent sur un des tronçon de l'Equibreizh pour un grand rassemblement festif. 2017, le Comité départemental de Tourisme Equestre du Morbihan en est l'organisateur et réalise un doublé :

Du 25 au 28 mai durant le week end de l'Ascension, TransMorbihannaise et Fête de l'Equibreizh

Doublé, car la TransMorbihannaise fête sa 10ème édition et l'Equibreizh ses 20 ans !

 

Au programme 

La Transmorbihannaise 

  • Jeudi 25 mai : Accueil des cavaliers et meneurs à partir de 11h, puis boucle sur Porcaro
  • Vendredi 26 Mai 2017 : Porcaro Malestroit, itinéraire d'environ 35 km

Jonction Transmorbihannaise/Equibreizh

Fête de l'Equibreizh 

Vendredi 26 Mai 2017 : accueil des randonneurs en fin d’après-midi à partir de 17 h.

  • Samedi 27 Mai 2017 : randonnée en boucle en direction de MOLAC (environ 30 kms) puis dîner avec soirée dansante
  • Dimanche 28 Mai 2017 Matin : randonnée en boucle en direction de SAINT MARCEL (environ 12 kms)

Fin de matinée : grand défilé dans MALESTROIT à partir de l’écluse 

Après-midi : Spectacle gratuit ouvert à tous par Laurence et Jeannot MAUBEC et leur Compagnie du Vautoudan.

 

Pour tout renseignement et inscription consulter le règlement du rassemblement Bulletin d inscription Fête Equibreizh et Transmorbihannaise 2017bulletin-d-inscription-fete-equibreizh-et-transmorbihannaise-2017.pdf

Les inscriptions seront prises uniquement par courrier ET du 1er mars au 30 avril.

Belle fête(s) à tous et un grand merci aux organisateurs et bénévoles qui veilleront sur vous durant cet événement de 4 jours

 

Le premier stage "Initiation au TREC"

Et voilà la première semaine du stage initiation au TREC s'est déroulée du 20 au 24 février dernier.

Entre découverte des difficultés du PTV et initiation à la lecture de carte les deux cavalières ont pu se mesurer aux différentes épreuves du TREC.

 

En premier lieu le PTV ou Parcours en terrain varié

Quel bilan en tirent elles ? D'abord, elles ont été étonnées de découvrir la vitesse avec laquelle les chevaux intégraient les consignes, comme celles de l'immobilité. Morgane et Lucile donnent donc comme conseil aux trecistes ou futurs trecistes de bien décomposer la consigne donnée à son cheval pour que celui ci puisse intégrer les différentes phases de l'exercie demandé. Précipitation rime avec incompréhension donc exercice à recommencer. Le proverbe "hâte toi lentement" a donc été adopté à l'unanimité.

Nos cavalières ont pu s'entrainer sur différents exercices : 

  • montoir à droite (et oui nous sommes sadiques mais avec plot quand même),
  • des exercices de maniabilité : double ruelle en U, ruelle en L, bordure maraîchère, trèfle, slalom, 
  • des sautants : haie vive, tronc d'arbre
  • un petit exercice de précision : immobilité en selle puis avec cavalier au sol
  • des dénivelés : plan ascendant et plan descendant

 

D'autres sont en préparation comme le franchissement de passerelle ou d'une barrière, ainsi que des difficultés en milieu naturel dans le bois de la ferme comme un chapeau de gendarme et une doline. De quoi varier les exercices et s'adapter au niveau de chacun.

Ruelle en U

Ensuite le POR ou Parcours d'orientation ET de régularité

Le POR ... exercice redouté entre tous ... D'abord il a fallu apprivoiser ce bout de papier bariolé couvert de hiéroglyphes nommé "carte". A l'heure du gps intégré dans les smartphones ... rien n'est gagné. Alors nous avons repris les bases : les couleurs d'abord, les différents traits, les zones coulorées ... pour petit à petit explorer les signes cabalistiques et les différentes abréviations. Au bout de quelques heures, l'essentiel de ce nouvel alphabet était apprivoisé. Restait à orienter une carte, prendre en main une boussole et un curvimètre et commencer une longue séance de mathématiques pour calculer les distances et les temps parcourus à vitesse constante imposée. Bref l'exercice de deux voitures qui partent d'une ville pour en rejoindre une autre mais ne roulant pas à la même vitesse et l'une s'arrêtant à un point A n'était pas loin. Heureusement nos cavalières étaient en études de médecine ... et compter elles avaient appris !

Vint l'heure de la pratique. Et là un nouveau monde s'est ouvert. Gentiment les vitesses étaient assez simples : premier et dernier tronçon 5km/h et second à 7. Mais en zappant un chemin ou en oubliant de vérifier à la boussole si le chemin choisi et indiqué sur la carte correspondait ... de précieuses minutes défilent. Aussi au final totalisèrent elles : aucune péanlité d'erreur sur le tracé et 33 minutes de retard. Pour un premier POR de 17 km ... les félicitations leur ont été largement accordées.

 

Comme vous le voyez nous avons passé 5 jours assez rythmés où le mettre mot était pratique pratique pratique ... dans la bonne humeur et les fous rires.

Le prochain stage a lieu du 3 au 7 avril prochain. Nous limitons volontairement les places à 6 cavaliers pour permettre un maximum d'exercice pour chaque cavalier. Renseignements par mail gery.serdobbel@gmail.com ou au 02 98 81 74 41.

 

 

Des vacances insolites : découvrez "Un lit au pré"

Le "Glamping" ... qu'est ce donc ?

Entre camping et glamour, une nouvelle forme de dépaysement pour des familles voulant vivre une expérience unique. Quelques maîtres mots du "glamping" : nature et confort, luxe, respect de la nature.

"Un lit au pré" propose depuis quelques années à travers différents pays européens des séjours au sein de fermes. Vous vivrez pour quelques heures ou quelques jours au coeur d'une exploitation agricole, en découvrant les animaux de la ferme, et les travaux réalisés par vos hôtes. Une tente vous abritera u milieu d'un pré et vous aurez à disposition tout un équipement vous permettant de redécouvrir les plaisirs simples de la vie de pleine air.

Tente ? oui mais tente pensée pour votre confort :

  • des espaces vastes pour accueillir une famille ou une bande de copains
  • des matériaux "nature", toile épaisse et bois
  • une literie de qualité pour accueillir votre repose au creux de belles couettes et oreillers.

 

Et ... :

  • zéro électricité pour favoriser une totale déconnexion,
  • des candélabres, lampes à pétroles et lanternes disposées dans tous les espaces,
  • une cuisinière au feu de bois pour vous permettre de déguster les produits cultivés par vos hôtes et vous chauffer,
  • seule concession à la modernité : des sanitaires avec de l'eau bien chaude.

 

En Bretagne ou dans toute la France, venez camper à la ferme et vivez une expérience unique, dans un hébergement insolite, pour de vraies vacances en famille, auprès des nos fermiers et leurs animaux qui vous accueilleront avec bonheur. 

Lire la suite

Les web conférences de l'IFCE .... pour consolider ses connaissances

 

L'IFCE Haras Nationaux propose les mardi et jeudi des web conférences sur des sujets variés portant sur l'alimentation, le comportement des chevaux et leur bien être, ou encore les soins.

Accessible via ordinateur ou tablette, une première partie porte sur la présentation du thème abordé par un expert des Haras avec un document de support téléchargeable puis il vous est possible de poser vos questions.

un bon outil pour parfaire ses connaissances !

Retrouvez  la programmation sur le lien suivant : http://www.ifce.fr/haras-nationaux/connaissances/webconferences/

Par exemple le 31 janvier une web conférences sur les comportements sociaux des chevaux : Les chevaux communiquent entre eux par différents moyens plus ou moins discrets : posture, sons, odeurs ... Le fait de bien connaître ces signes peut, en partie, nous renseigner sur leur état émotionnel.

Viva mont saint michel

Avant le 31 décembre pensez à renouveler votre licence

Pourquoi une licence fédérale ?

En premier lieu la licence vous permet d'être assuré dans le cadre de votre activité sportive et de répondre ainsi à vos obligations réglementaires communes à toute pratique sportive.

La licence permet également de développer la pratique de l'équitation au niveau de votre région puisque une partie importante est reversée aux délégations départementales et régionales de la FFE.

Pourquoi prendre une licence fléchée tourisme ?

L'équitation d'extérieur représente la première activité équestre. Or le nombre de licences fléchées tourisme délivré est inférieur aux autres fléchages (poney, cheval). La licence est fonction de la demande du cavalier et non pas de l’activité de l’établissement fréquenté.

Le nombre de licences Tourisme est primordial pour les CRTE et les CDTE, en effet il détermine le montant de la dotation financière que la FFE leur verse. De plus, chaque licencié Tourisme reçoit la revue trimestrielle du Tourisme Equestre « L’Estafette », et il a les mêmes droits qu’avec les deux autres fléchages : un compétiteur de CSO de haut niveau peut très bien avoir  une licence pratiquant fléchée Tourisme.

La dotation financière ainsi versée aux CRTE et aux CDTE leur permet d’élaborer un plan d’actions en faveur des chemins et de solliciter une subvention auprès des collectivités dont les Conseils Régionaux et Départementaux. En final, l’équation est simple : pas ou peu de dotation = pas ou peu de chemins = mise en péril de l’équitation d’extérieur, c'est-à-dire des balades, des randonnées, du TREC et des courses d’endurance.

Prendre une licence fléchée Tourisme est un geste militant et responsable.

 

N'hésitez pas à nous contacter pour renouveler votre licence !

La ferme équestre lance "Etho Haie Dû" ...

"Etho Haie Dû"? Qu'est ce donc ?

La ferme équestre entamme sa cinquième année d'existence en Bretagne et Géry sa ... vingt troisième année d'exercice professionnel auprès des chevaux.

Et forcément les chevaux qui l'accompagnent depuis des années vieillissent. 

Nous cherchions une solution pour permettre à nos vieux randonneurs de passer des jours paisibles, après vous avoir menés sur les chemins de la Beauce, puis du Cantal et enfin en Bretagne. L'idée était là et la mise en oeuvre nous a fait voyager.

Premier objectif : conserver nos chevaux vieillissants. La randonnée équestre nous amène à vivre au milieu des chevaux, qui sans sombrer dans l'antropomorphisme, deviennent membres de la famille à part entière. Ils nous ont permis de développer notre activité. Il est juste qu'en retour nous leur garantissions une fin de vie décente et que nous les accompagnions même dans leurs derniers instants.

Second objectif : assurer la sécurité et les soins de nos chevaux vieillissant ou malade qui doivent cesser leur activité de randonnée. 

Nos chevaux vivent au pré et en troupeau à l'année afin d'assurer la mise en place d'une hiérarchie bien établie qui facilite le bon déroulement de nos randonnées. La nature est ainsi faite qu'un cheval affaibli par l'âge ou la maladie se voit interdire l'accès au foin ou ne peut brouter que les parcelles de refus. Un équilibre complexe doit être trouvé entre éloignement du troupeau habituel pour satisfaire les besoins nutrionnels et vie en groupe pour permettre les relations entre congénéres. 

Une ferme équestre morbihannaise a eu l'idée voici quelques années de confier ses retraités à des familles d'accueil. Cette solution a retenu notre attention. En effet, elle nous permet de conserver nos chevaux, leur assurer les soins nécessaires à leur état, tout en veillant à leur sécurité en leur proposant une vie au pré et en groupe. 

 

L'association "Etho Haie Dû" vise à la mise en place d'un cadre souple pour mettre en place ce type de proramme. Au-delà de la gestion de nos chevaux nous souhaitons également développer une démarche plus "militante". Le nom de l'association souligne la volonté de prendre en considération le cheval comme un être vivant, mammifère comme nous, et doué d'un système de communication perfectionné. C'est lui qui nous guide dans son désir de diminuer ou cesser son activité. C'est lui également qui nous guide dans la satisfaction de ses besoins.  

Vous pouvez rejoindre bien sûr l'association selon des modalités que nous préciserons au fur et à mesure de l'évolution de notre activité.

MacDo

Un grand merci à la ferme équestre "Les Korrigans" qui a beaucoup aidé dans notre démarche et longue vie à son association "Les vieux randonneurs".