Road trip dans les Monts d'Arrée, chronique de la première itinérance de 2017

Avril 2017 … et c’est reparti pour les randonnées itinérantes à travers la Bretagne.

Nos quelques quinze chevaux de randonnée ont pu se reposer cet hiver tout en découvrant une nouvelle discipline : le TREC. Pour des chevaux habitués à randonner un peu n’importe où comme au-dessus du pont de Terenez avec 40m de vide et l’Aulne sous leurs sabots, ou bien au milieu de la fête foraine de Morgat sur le port, au milieu d’un marathon de bipèdes férus de course à pied … le parcours en terrain varié c’est un peu un terrain de jeu !

Au sommet du Roc'h Trevezel

Road trip dans les Monts d’Arrée ou plutôt horse trip dans les Monts d’Arrée … une belle randonnée avec 6 cavaliers à la découverte de ce quoi étrange de Bretagne.

Les plus anciens d’entre nous ont pu apprendre à l’école que la Bretagne avait des montagnes … le fameux massif armoricain … si si … c’est même en marron sur la carte … il n’y a pas que du vert en Bretagne, même si l’on nous prête un climat pluvieux … La partie occidentale de ce massif est donc constitué d’un ensemble de montagnes anciennes : les Monts d’Arrée. Ne riez pas … leur sommet culmine à 385 m au Roc’h Ruz qui se bat avec son voisin le Roc’h Trevezel haut de 384,89 m. Vous allez vous dire sans doute, çà y’est le ciel est tombé sur la tête des bretons, que viennent ils nous inventer avec ces « montagnes » qui n’en sont pas !

Mais c’est là que cela devient très intéressant car se trouve l’explication de la tête dure des bretons ! Ces montagnes voici quelques 300 millions d’année, vous savez au tant de la Pangée, pour les plus érudits, sont nées d’un plissement qui les souleva de plusieurs milliers de mètres d’altitude. Différentes études parlent d’au moins 3000m et certaines estiment le plissement à 5000. Alors les jeunes Alpes n’ont qu’à bien se tenir avec leur petit Mont Blanc ! 

Après ce soulèvement spectaculaire l’érosion lente et continue rabote cette roche qui s’est à nouveau soulevée après justement les plissements pyrénéens et alpins par une réaction en chaîne. Les roches dures comme le grès résistent au climat et dessinent dans un ciel souvent gris acier des pointes acérées aux formes tourmentées.

Ecosystèmes variés, c’est à leur découverte que nous nous sommes attelés, entre cette nature rude et méconnue et l’adaptation permanente depuis la préhistoire des hommes qui les ont peuplés.

 

Retrouvez les 5 étapes de cette randonnée : 

  • 1er jour, sur les traces des voies de communication : nos premières foulées nous mènent au fil du Canal de Nantes à Brest vers le village de Scrignac, par la Vélodyssée. Un voyage ultra rapide dans le temps à la rencontre des gallo romains qui dessinèrent un vaste réseau de voies romaines en Centre Bretagne, et des forçats qui creusèrent sour Napoléon le Canal.
  • 2ème jour : une nature riche et complexe. Les Monts d'Arrée démarre en Huelgoat par un étrange amas rocheux, Le Chaos. Sujet de nombreuses légendes bretonnes il est constitué d'un ensemble de roches rondes et accueillantes sous lesquelles coulent une rivière argentifère. Arpès l'avoir traversée dans un gué plus accuellant nous débouchons sur le plus haut village de la Bretagne : la Feuillée. Après s'être reposés auprès de son ancien gibet ... ils sont fous ces bretons ... nous reprenons notre ascension vers le toit de la Bretagne : le Roc'h Trevezel.
  • 3ème jour : Sur le balcon de l'Occident, selon les mots du poète Anatole Le Braz. Une jolie balade sour les crêtes pour un vaste panorama sur le massif armoricain. Cette journée permet de prendre conscience de l'impact de l'homme dans la modification d'un paysage. Après avoir pique niqué au bord du lac du Drennec, vaste réserve d'eau douce creusée au début des années 1980, l'ascension du Menez Mikel nous fait découvrir une autre retenue d'eau artificielle, le Réservoir Saint Michel et sa vaste tourbière.
  • 4ème jour : Une chevauchée fantastique dans les vallées du Massif Armoricain. La vallée du Rivoal, la vallée du Fao, la vallée du Squirou. Là encore, l'eau marque les paysages et permet à l'homme de trouver les ressources nécessaires à sa survie au coeur d'une terre trop pauvre pour fournir du blé mais assez riche y laisser paître des animaux peu regardants.
  • 5ème jour : Une autre voie de communication : le réseau ferrovière du Centre Bretagne. Ce ne sera pas en train que nous retrouverons la ferme, mais en croisant les éléments architecturaux qui illustrent la présence du train en Bretagne : ancienne gare, ancienne voie ... sans oublier la fertilité de l'imagination bretonne, capable de transformer la moindre chose en rève eveillé.

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau